Archive pour avril 2007

14
Avr
07

On the other side of the road…

Nous sommes fiers de vous annoncer que les Redmen sont entrés en phase intensive de leur préparation à la période estivale et aux différents concerts qu’elle pourrait réserver!!! Aujourd’hui nous avons donc répété au domicile de notre cher Johnny les différents titres que nous comptons jouer à notre prochain concert, qui est très probablement le Printemps du Rock de Marly-la-Ville le 12 mai prochain (cf. les affiches ci-dessous)… Les chanceux qui viendront (hé oui!) auront le plaisir (hé oui!) d’écouter de nouveaux titres et de nouvelles versions d’anciens titres, dont certains figureront sur notre futur enregistrement (que nous espérons accomplir cet été au studio Bluegamm, où nous avons fait un concert en juin dernier). Donc on espère que vous avez hâte de nous voir jouer, parcequ’on a hâte de jouer!

Jack 

Publicités
13
Avr
07

Printemps du Rock ’07

pdr2

12
Avr
07

The Redmen : en live au Printemps du Rock ’07, le 12 mai!

pdr1

11
Avr
07

The Redmen – Introduction

logo redmen 1

 

THE REDMEN

 

« Formé en 2005 par Johnny Lovegood (batterie/guitare) et Jack Lovesick (guitare/chant), The Redmen tient ses influences du rock vintage de la fin des années 60, de The Stooges, The Jimi Hendrix Experience, Cream, MC5 ou Led Zeppelin, mais également de The White Stripes ou The Black Keys, du folk d’un Bob Dylan ou de la country d’un Johnny Cash avec, quand il le faut, une pointe de soul inspirée par Otis Redding ou Marvin Gaye… Cela donne un rock alternatif, mélange de blues et de garage rock, cédant parfois la place à des mélodies folk ou soul dans l’esprit rythm’n’blues, tout en conservant l’essence minimaliste d’un groupe guitar’n’drums résolument rétro. »

 

 

Hé oui les enfants!!! Ici Jack Lovesick! Alors autant commencer par le début, donc par cette petite présentation de notre groupe qui rassemble à peu près l’essentiel à savoir avant de nous écouter/voir jouer… Nous nous réclamons principalement de l’héritage des late 60’s et 70’s, mais après la période noire des années 80 on peut dire que le renouveau rock des années 90 a donné naissance à des trucs pas trop mauvais, et ce renouveau a plutôt tendance à être confirmé actuellement. Bon, ça reste malgré tout assez limité comme renouveau, les années 00 n’ont rien a voir avec la déflagration rock des 70’s, mais les groupes d’aujourd’hui honorent plutôt bien leur héritage. On ne leur demande pas forcément d’innover, et pourtant, ils y arrivent! Bref, tout ça pour dire que l’on peut considérer que nous faisons partie de cette vague de renouveau du rock des 70’s! Donc nous pouvons considérer les White Stripes, les Black Keys, Blues Explosion et autres Wolfmother comme nos confrères…

Et voici le mot de Johnny!!!

Comme l’a dit mon merveilleux CONfrère, The Redmen, c’est une aventure qui transcende les réalités temporelles !
Une Distorsion de l’espace temps…c’est peu dire !
Distorsion, c’est bien le mot, parce que nous ne jouons pas de jazz certes, ni du classique, mais c’est bien de Rock’n’Roll que nous parlons ! Et même si il me plaîrait beaucoup de jouer du jazz, ce qui n’est pas exclu, là n’est pas l’objet de l’édifice.
Alors qu’est-ce que ça signifie ?
Jouer de la musique de Vieux ?
Ne pas être en conformité avec les normes de son époque ?
Et bien c’est tout ça oui et si vous vous demandez si il y a un sens à la manœuvre et bien ne cherchez pas parce qu’elle est, soit incompréhensible (même pour nous), soit, et tout simplement, inexistante.
En réalité, The Redmen, c’est fraternel et généalogique, parce que nous pouvons affirmer que, ce qui est bon pour nous est ce que nous ont légué nos aïeux. Et là où l’originalité domine c’est que ce n’est pas un retour en arrière (mot que haïssent nos politiques) mais une contribution, la pierre à l’édifice.
Et ça, c’est grâce à d’autres influences comme celles de groupes plus récents : Queens Of The Stone Age, The Black Keys (rétros eux aussi), The White Stripes, j’en passe et bien de meilleurs.
Toutes ces muses nous aident à utiliser, avec justesse, la disto « crûe » d’un style Stoogien, ou encore le calme relatif de ballades comme « In winter » et même pousser la langueur amandine à l’extrême, mais ça ce n’est pour le moment qu’en soirées…, pour des morceaux blues bien en retard sur leur temps… (L’œnologue dirait qu’un bon vin se bonifie avec le temps maaais…)
The Redmen ce n’est donc pas seulement un rock alternatif dépravé, non plus un duo folk-tarlouze, mais en réalité, c’est tout celà en même temps.
Ajoutez à cela deux belligérants comiques et raffinés et vous obtenez l’alchimie « pédante », « magique », « rocambolesque » d’un duo qui prend tout de même de la place et je dirai, dans quelques secondes, que cette sueur rock’n’roll/blues est désaltérante, parce qu’il faut bien combler cette soif d’enivrante musique qui fait figure d’alcool, et à ce titre, des plus nobles…

Voilà le fin mot de l’histoire !

Johnny Lovegood, aussi appelé, William « McAdam » Peel, ou Flagada Jones ou tout simplement Richou.